fbpx Témoignage d'Audrey-Anne Denis-Moral | Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu : Technologie d'analyses biomédicales

Menu

  • Partager :
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager par courriel

Témoignages

Témoignage d'Audrey-Anne Denis-Moral

Entrevue avec Audrey-Anne Denis-Moral

  • Finissante en Technologie d’analyses biomédicales au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu (diplomation prévue pour juin 2020)
  • Stagiaire comme technicienne médicale en pathologie à Hôpital Charles-Le Moyne de Greenfield Park.

Le programme

Cégep : Qu’est-ce qui t’a poussé à t’inscrire en Technologie d’analyses biomédicales (TAB) au Cégep Saint-Jean?

Audrey-Anne (A-A) : Lorsque j’étais au secondaire, j’ai choisi un cours optionnel en biologie humaine, où l’on apprenait les systèmes du corps humain ainsi que ceux de différentes espèces. Nous faisions aussi des dissections pour pouvoir enrichir nos apprentissages sur la théorie que l’on venait juste de voir. Ma curiosité pour le corps humain s’est alors développée et j’ai tout de suite su que je voulais en connaître davantage. Je suis ensuite allée rencontrer le conseiller d’orientation de mon école pour qu’il puisse me guider à travers tous les métiers reliés au domaine médical. Dès lors, je me suis rendu compte que j’étais une personne passionnée des sciences et qui voulait aider les autres, mais en gardant une certaine distance avec les patients. Nous avons donc trouvé le programme Technologie d’analyses biomédicales. Je suis allée aux portes ouvertes du Cégep pour en apprendre davantage sur ce métier peu connu. La présentation faite par les enseignantes et enseignants ainsi que par les étudiantes et étudiants m’a vraiment inspirée. D’ailleurs, le cours de biologie moléculaire offert par le Cégep m’a tout de suite plu. Je me suis alors inscrite au Cégep Saint-Jean dans le programme TAB!  

Cégep : Selon toi, quels sont les qualités requises et les intérêts à avoir pour s’inscrire dans ce programme d’études de sciences?

A-A : Le diplôme obtenu après notre passage au programme TAB ne s’applique pas seulement au domaine médical. Une personne diplômée peut aussi travailler pour des compagnies privées et effectuer leur contrôle de qualité. Cela dit, je dirais que l’intérêt commun à avoir serait évidemment la science! Que l’on soit à l’hôpital ou dans une usine de production, les principes de chimie appris au cours de notre parcours sont grandement utilisés dans notre quotidien.

Par ailleurs, la personne qui souhaite s’inscrire au programme TAB doit être minutieuse, méthodique, consciencieuse et curieuse. Par exemple, pour chaque cours, il y a des travaux en laboratoire à faire, en lien avec la théorie vue précédemment en classe, collés à la réalité du monde hospitalier. Nous travaillons donc avec de vrais spécimens biologiques, potentiellement contaminés. Il est important pour la sécurité de tous, d’être très minutieux lorsqu’on les manipule!

Finalement, je crois qu’il est important d’être consciencieux pour pouvoir réussir ses études collégiales. Les cours sont très chargés côté matière, en plus de la préparation pour les laboratoires et les cours de formation générale. Il est alors important d’être à jour dans ses études pour ne pas accumuler de retard et pour être capable de suivre en classe, lors de nouvelle matière. 

Cégep : Quelles sont les compétences qui sont développées chez l’étudiant au cours des études en TAB?

A-A : Au cours de mes études, j’ai appris à me faire confiance et à bien gérer mon stress. Les périodes de laboratoires sont un peu plus stressantes dû à la contrainte de temps et au fait que les gestes que l’on pose auront une répercussion sur les patients. Nous ne voulons donc pas nous tromper, et ce, pour la sécurité de ceux-ci!   

Au cours des premières sessions, le corps professoral et les techniciennes en travaux pratiques du Cégep sont plus présents au niveau de l’encadrement, mais ensuite, nous devons acquérir une plus grande autonomie. C’est dans ces moments que j’ai dû apprendre à me faire confiance et à ne plus douter de mes connaissances, car j’avais en ma possession tous les moyens pour bien réussir. J’ai aussi appris quelques trucs, comme prendre de grandes respirations pour bien me recentrer et pouvoir accomplir tous les tests demandés dans les temps exigés.

Cégep : Qu’est-ce que tu souhaites mentionner à un élève de 5e secondaire qui hésite encore à s’inscrire en TAB au Cégep Saint-Jean?

A-A : Si le domaine des sciences t’intéresse et que le travail en laboratoire te passionne, la technique est faite pour toi! En classe, on apprend surtout le côté médical, mais rien ne t’empêche de choisir une voie différente. Avec le cours de biologie moléculaire, les portes de la recherche s’ouvrent à toi et avec les cours en contrôle de la qualité, le monde des entreprises privées n’attend que toi!

Le travail de technologiste médical (TM) est un métier gratifiant; nous faisons partie d’une grosse équipe médicale qui a pour but ultime de soigner les gens!

Cégep : Quels souvenirs garderas-tu de ton passage au Cégep Saint-Jean dans le programme?

A-A : Mes trois années d’études collégiales ont été une expérience incroyable. Durant la technique, nous gardons les mêmes enseignants, ou presque. J’ai donc créé un lien spécial avec eux. J’ai pu voir alors à quel point nos enseignants avaient notre réussite à cœur et que chacun d’entre eux tenait à nous. Les périodes de laboratoires sont vraiment toutes passionnantes, puisque l’on met vraiment en pratique la matière que l’on vient de voir en classe. Finalement, j’adore mes stages; ils m’ont vraiment permis de confirmer mon choix de carrière dans le domaine hospitalier.    

Ta future carrière

Cégep : Où souhaites-tu travailler à la fin de tes études?

A-A : À la fin de mes études, je souhaite travailler dans le milieu hospitalier en Estrie. Je veux aider les autres et de cette façon, j’ai l’impression de faire une grande différence dans leur vie.

L’ambiance dans les hôpitaux en Estrie est souvent plus conviviale, car les hôpitaux sont plus petits. Ainsi, nous sommes plus souvent en relation avec les autres départements. Le matin, ce sont les technologistes qui effectuent les prélèvements sur les étages, tâche que j’adore faire. J’aimerais travailler dans le département de la microbiologie ou encore, dans celui de la banque de sang.

Cégep : En quoi consiste ton stage de fin d’études?

A-A : Mon stage consiste à faire la réception de tous les spécimens envoyés par la salle d’opération, de les décrire macroscopiquement et de prendre des petites portions représentatives pour aller les faire circuler dans le circulateur (un appareil servant à déshydrater le tissu pour remplacer l’eau à l’intérieur par de la paraffine).

Par la suite, je dois inclure le tissu à la station d’enrobage pour donner un support externe au tissu afin de le couper au microtome. Le microtome fait des coupes très minces que l’on peut par la suite étaler dans le bain d’eau chaude puis les pêcher à l’aide d’une lame. Les lames vont au colorateur où l’on effectue une coloration topographique de base (la HPS) pour donner une vue d’ensemble du tissu au pathologiste. Celui-ci examine le tissu et s’il suspecte la présence d’un cancer, le médecin peut demander une recoupe du tissu pour que l’on puisse effectuer des colorations spéciales, plus spécifiques, selon la pathologie soupçonnée.

Cégep : D’autres commentaires, en terminant?

A-A : Je souhaite remercier infiniment le personnel du programme TAB qui m’a permis d’exploiter mon plein potentiel dans un domaine qui me passionne tant!  

Merci Audrey-Anne pour cet entretien. Bonne continuité!