fbpx Témoignage de Marie-Pier Bouliane | Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu : Technologie d'analyses biomédicales

Menu

  • Partager :
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager par courriel

Témoignages

Témoignage de Marie-Pier Bouliane

Entrevue avec Marie-Pier Bouliane

  • Diplômée en Technologie d’analyses biomédicales du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu en 2017
  • Technologiste médicale pour le Département d’hématologie, de la banque de sang et de la biochimie à l’Hôpital Charles-Lemoyne de Greenfield Park

Le programme

Cégep : Qu’est-ce qui t’a poussé à t’inscrire en Technologie d’analyses biomédicales (TAB) au Cégep Saint-Jean?

Marie-Pier : J’ai toujours voulu travailler dans le milieu de la santé. Je savais que je ne voulais pas avoir de contact direct avec les patients, car je m’implique toujours trop émotionnellement. Donc, en effectuant des recherches, je suis tombée sur la profession de technologiste médical en laboratoire. Étant donné que j’habite à Saint-Jean-sur-Richelieu, je me suis informée auprès du Cégep et on m’a confirmé que le programme était disponible.

Cégep : Quels souvenirs gardes-tu de ton passage au Cégep Saint-Jean dans le programme TAB?

Marie-Pier  : Un de mes souvenirs positifs est sans aucun doute mes enseignantes et enseignants! Leurs méthodes d’enseignement, leur détermination et leur professionnalisme m’ont beaucoup plu. De plus, les nombreuses périodes en laboratoire nous permettaient de mettre en pratique la théorie vue en classe.

Cégep : Selon toi, quels sont les qualités requises et les intérêts à avoir pour s’inscrire dans ce programme d’études de sciences?

Marie-Pier : La rigueur et la persévérance sont les deux qualités qui selon moi, sont les plus importantes pour réussir ce programme d’études.

Cégep : Quelles sont les compétences qui sont développées chez l’étudiante et l’étudiant au cours des études en TAB?

Marie-Pier : Durant mes études, j’ai développé l’esprit d’équipe, l’organisation du temps, la rapidité à effectuer des tâches ainsi que la gestion du stress. Dans notre métier, la gestion du temps est primordiale pour être efficace et ne rien oublier!

Cégep : Qu’est-ce que tu souhaites mentionner à un élève de 5e secondaire qui hésite encore à s’inscrire en TAB au Cégep Saint-Jean?

Marie-Pier : Le métier de technologiste médical est très gratifiant. Nous faisons une réelle différence auprès des patients. Nous travaillons dans l’ombre et peu de gens connaissent notre profession, mais nous sommes l’une des clés nécessaires pour arriver à un diagnostic. Nous travaillons aussi de pair avec les médecins.

La profession de technologiste médical

Cégep : En quoi consiste ton métier?

Marie-Pier : Mon métier consiste à effectuer des analyses diverses dans trois secteurs différents, soit l’hématologie, la banque de sang ainsi que la biochimie. J’ai donc une polyvalence qui n’est pas donnée à tout le monde.

Cégep : Comment perçois-tu ton rôle au sein d’une équipe médicale?

Marie-Pier : Étant donné que je suis polyvalente dans trois secteurs du laboratoire, mon équipe peut bénéficier de mon aide lorsqu’un secteur est débordé par des analyses. La polyvalence n’est pas donnée à tous et je crois que c’est ce qui fait en sorte que ma présence auprès de mon équipe est appréciée.

Cégep : À quoi ressemble une journée typique de travail?

Marie-Pier : Le quart de travail commence toujours par une série de contrôles de qualité qui visent à vérifier que les résultats obtenus sont spécifiques et exacts. Ensuite, nous effectuons diverses analyses sur les échantillons des patients selon les demandes des médecins. Pour le secteur de la banque de sang, c’est un peu différent puisqu’on distribue des produits sanguins. Il faut donc s’assurer de la compatibilité entre le patient et le produit et ce, par le biais de diverses analyses.

Cégep : Qu’est-ce que tu aimerais mentionner à un jeune par rapport au marché du travail?

Marie-Pier : J’aimerais lui dire qu’il doit s’attendre à travailler de soir et de nuit en commençant. Nous avons tous débuté sur ces quarts de travail. Pour accumuler de l’ancienneté, il est important de travailler. Plus on accumule d’heures de travail, plus on est éligible pour des remplacements et des postes. C’est dans l’ordre des choses et cela fait partie du métier!

Malgré ce que l’on peut entendre de l’extérieur sur le projet OPTILAB, il faut savoir que les milieux hospitaliers auront toujours besoin de techniciens en laboratoire. Des changements, il y en aura sans doute, mais il y a tellement de beaux côtés à notre profession qu’il ne faut surtout pas se décourager!

Cégep : Combien de temps as-tu mis à trouver un emploi dans ton domaine d’études après ton DEC?

Marie-Pier : J’ai trouvé mon emploi dans le cadre du programme d’externat que j’ai fait lors de mes études en TAB. L’externat est un titre qui nous est donné lorsqu’on travaille dans un laboratoire sans avoir terminé notre technique, par exemple, en été. Cela nous permet de savoir si nous aimons l’environnement en laboratoire et aussi d’acquérir des compétences supplémentaires utiles lors de notre retour en classe.

Cégep : En terminant, qu’est-ce que tu aimes dans ton travail et qu’est-ce qui te rend fière?

Marie-Pier : Le département que je préfère est la banque de sang puisque j’aime la montée d’adrénaline lorsqu’un patient est en danger et qu’il lutte pour sa vie. J’aime me dépasser et utiliser toutes mes connaissances pour pouvoir régler une problématique. La gestion du stress est très importante dans ce département, car il est facile de se laisser dépasser par les événements. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai accepté de donner les stages de banque de sang, cette année, auprès d’étudiantes et d’étudiants. J’ai le désir de leur transmettre ma passion à travers leur passage dans notre établissement hospitalier.

Merci Marie-Pier! Bonne continuité!